Le SAP

Service d’Accompagnement Personnalisé
photo SAP

Le SAP accueille 34 jeunes filles et garçons âgés de 16 à 21 ans, confiés par le Juge des Enfants ou l’Aide Sociale à l’Enfance, soit dans le cadre d’une décision judiciaire (DJ, en garde, ordonnance 45, pour les mineurs, soit dans le cadre d’une mesure administrative (AP ou art L223.2 pour les mineurs, APJM pour les majeurs).

Le majeur doit être demandeur de sa prise en charge, demande qu’il formalise par écrit auprès des tutelles.

Le SAP est la dernière étape d’un accompagnement éducatif pour les 16-21 ans.

Les jeunes viennent de l'internat de la Maison de l’Enfance ou d'autres internats, famille d’accueil, famille naturelle souvent avec un suivi AEMO, DAP...

Situé à Rennes, le SAP apporte un soutien matériel, éducatif, psychologique et permet aux jeunes d’accéder à un « statut » d’adulte.

« L’espace rencontre », lieu d’activité du SAP, est situé au 8 rue de Bel Air, proche des transports et des appartements collectifs et individuels au Sud de Rennes, ainsi que quelques logements de proximité dans les rues avoisinantes.

C’est le lieu de travail de l’équipe et le lieu de rencontres avec les jeunes et entre jeunes. Elles se font soit dans un cadre formalisé (bureau, salle de réunion) ou non (cuisine, jardin, salle informatique). Cette possibilité permet ainsi aux jeunes accueillis de venir au SAP en dehors des temps d'entretiens ou d'accompagnement afin de réaliser des démarches (recherches d'emploi, travail scolaire...) seul ou aidé par un professionnel. Ces moments offrent la possibilité de partager ainsi des temps avec d'autres adultes que son référent éducatif et de rencontrer d'autres jeunes.

Notre projet se réfère à des valeurs et principes :

  • Respecter le jeune avec son histoire, sa singularité, et l’accompagner dans son cheminement par des échanges et la reconnaissance de son ressenti.
  • L’accompagner tel qu’il se présente avec ses forces et ses limites. Ne pas projeter nos propres représentations et attentes, mais faire du jeune l’acteur de sa prise en charge, de son projet de vie.
  • Lui garantir une écoute, une disponibilité, un soutien, la sécurité nécessaire à l’acquisition progressive de son autonomie (pouvoir prendre des initiatives, comprendre et prendre appui sur des expériences heureuses ou malheureuses).
  • Favoriser le « libre-arbitre » : lui permettre de faire des choix, de les assumer face à d’autres points de vue (familiaux, amicaux, référents éducatifs).
  • Tenir compte de l’importance du lien familial, et du réseau communautaire pour les jeunes migrants.

Cette prise en charge s’articule autour de plusieurs axes visant l’autonomie et un mieux-être :

  • L’insertion professionnelle ou scolaire
  • L’insertion sociale
  • La gestion de la vie quotidienne

Chaque étape donne lieu à un temps d’arrêt dans le cadre de bilans qui viennent rythmer la progression de la prise en charge.

La temporalité se traduit par la progressivité du mode de prise en charge que nous proposons à tous les jeunes accueillis notamment en ce qui concerne l'hébergement. Qui peut être un appartement individuel ou collectif, un studio en FJT, une chambre au CROUS,... Le jeune bénéficie d’une indemnité mensuelle pour couvrir l’ensemble de ses dépenses qu’il gèrera de façon progressive à la semaine, quinzaine puis au mois.

Si le jeune dispose d'un revenu, il sera déduit de l'aide octroyée par le service et il sera proposé une aide à la gestion de ce dernier.

La notion de temps est ainsi centrale dans l’organisation de la prise en charge qui va s’inscrire dans la temporalité du jeune : partir de là où il en est pour lui permettre d’atteindre, à son rythme, la capacité à ne plus avoir besoin de soutien éducatif pour mener sa vie.